C’est drôle et triste à la fois

Je m’intéresse beaucoup aux retours d’expérience d’entreprises ou d’organisations sur leurs passages à l’agilité, que ce soit au niveau des équipes de développement ou de l’entreprise au complet.

Lundi dernier, l’association Agile Québec nous proposait d’assister à la présentation de Guillaume Soyer intitulée « Transition agile réussie en grande entreprise« . C’était très intéressant et très instructif malgré le fait que cette transition n’ait concerné qu’une unité de R&D de 45 personnes au sein d’un grand groupe.

Personnellement j’ai beaucoup ri pendant cette présentation, pas parce que Guillaume était drôle mais à cause de mes expériences passées. En effet, les difficultés qu’a rencontré cette unité de R&D lors de sa transition à l’agilité me rappellent celles que j’ai observé dans d’autres entreprises ou organisations. J’y ai donc retrouvé des choix et étapes (naïfs) qui avaient aussi échoué ailleurs et cela m’a fait rire d’une certaine manière.

Tout cela serait uniquement drôle si malheureusement on n’observait pas de nouvelles entreprises ou organisations démarrer leurs transitions agile en passant par ces mêmes choix et étapes voués à l’échec. Comme si depuis la publication en 2001 du manifeste agile aucune entreprise n’avait tenté de passer à l’agilité. Comme si Internet était vide de tout retour d’expérience (réussi ou non) d’autres entreprises ayant tentés une transition vers l’agilité.

Bref, c’est triste…


  1. Retour d’expérience d’un projet Agile SNCF – 2009
  2. Six Common Mistakes That Salesforce.com Didn’t Make – 2011
Advertisements

Le concierge agile ?

L’envie de tenir un blogue sur le thème de l’agilité (et oui, encore un !) me démangeait depuis quelques mois. Mais il me manquait quelque chose d’important pour pouvoir démarrer mon blogue : un nom !

Cette recherche d’un nom a tourné longtemps dans ma tête. Je voulais un nom qui annonce directement la thématique de ce blogue mais qui se distingue des autres. Mais rien ne venait, je trouvais mes idées trop sérieuses, trop communes, trop prétentieuses, etc.

Bref, la page blanche…

Enfin… Jusqu’à cette semaine où il m’a été demandé de remplir un questionnaire dans le cadre d’une compétition en informatique. Dans ce fameux questionnaire il m’était demandé d’inscrire ma profession, mais ne prenant pas cette tâche au sérieux j’ai inscrit dans cette section « Concierge agile ». Par cette réponse potache je voulais exprimer la perception que j’ai de mon rôle dans mon organisation. En effet, j’ai parfois l’impression d’occuper un poste d' »homme à tout faire » (Scrum Master, Architecte, Analyste, Conseiller, etc.) dans un contexte agile.

Avant de choisir le nom de mon blogue j’ai bien entendu consulté l’article Wikipédia dédié au concierge pour être sûr de la définition. On peut donc lire dans cet article qu’un concierge a pour fonction de garder un immeuble. D’une certaine manière le Scrum Master est aussi un gardien, celui du Scrum et de son équipe. Plus loin dans l’article on y apprend que concierge est un métier à part entier en Suisse :

Description de la profession : Le/La concierge a des aptitudes manuelles, des compétences pratiques et une compréhension de la technique. Il/Elle est indépendant(e), fiable et entretient un contact facile et correct avec la clientèle et ses supérieurs.

Le/La concierge est responsable de l’entretien des immeubles qui lui sont confiés. Il/Elle est la personne à laquelle les utilisateurs, les clients et les locataires peuvent adresser la parole pour communiquer leurs désirs. Il/Elle les aide dans le cadre des possibilités.

Si on devait résumer, un bon concierge doit-être polyvalent, serviable, responsable, à l’écoute des autres, bon communiquant, un facilitateur pour les autres, etc.

Hey ! Cela ne ressemblerait pas aux aptitudes que l’on retrouve chez un bon Scrum Master ?

Voilà donc l’origine du nom de ce blogue.