Pourquoi veut-on travailler en agile ?

Ce billet est le premier d’une longue série, il a été rédigé en parallèle d’une présentation que j’ai préparée pour le lancement d’une communauté de pratique agile au sein d’une organisation.
J’ai choisi pour cette occasion de faire une présentation autour du besoin.
Avant de commencer ma présentation j’ai posé la question suivante à l’auditoire : « Pourquoi veut-on travailler en agile ? ».

Depuis plus de huit ans maintenant, l’entreprise VersionOne nous partage les résultats de son étude annuelle sur l’état de l’art de l’agilité. Dans sa huitième édition, publiée cette année, les personnes sondées avaient dû répondre à la question : « Pourquoi l’agilité ? » (« Why Agile ? »). Pour répondre à cette question, les participants étaient invités à noter treize critères en fonction de l’importance qu’ils leur accordaient (très important, important, peu important ou pas du tout important). Les quatre critères les mieux noté furent :

  1. Accélérer les délais de mise sur le marché (livrer plus vite)
  2. Gérer les changements de priorités
  3. Un meilleur alignement entre les TIs et les affaires
  4. Augmenter la productivité

Le premier et le quatrième critère m’interpellent d’une certaine manière. Le besoin de livrer plus vite un grand nombre de nouvelles fonctionnalités à nos clients et/ou utilisateurs est totalement louable. Mais si leurs besoins ne sont pas compris, nous nous retrouvons à leur livrer tout simplement un grand nombre de fonctionnalités qui leurs sont inutiles, mais nous le faisons plus rapidement qu’avant. Je vous invite d’ailleurs à lire le billet de Louis-Philippe Carignan intitulé « Agile, is it just a delivery mechanism ? ».

Revoyons ensemble le premier principe du Manifeste Agile :

Our highest priority is to satisfy the customer through early and continuous delivery of valuable software.

J’ai délibérément choisi de mettre en valeur le terme « valuable software » car, pour moi, c’est l’essence même de l’agilité : livrer des produits qui apportent de la valeur à nos utilisateurs.

Donc, dit autrement, vouloir livrer plus vite ou en plus grand nombre des fonctionnalités qui n’apportent rien à vos utilisateurs, et qui par conséquent ne répondent pas à leurs besoins, ce n’est pas faire de l’agilité.

Mais comment apporte-t-on de la valeur à nos utilisateurs ? C’est que nous verrons dans les prochains billets !